[Xbox 360] Grand Theft Auto IV

Le 28 avril 2008 est sorti le jeu qui a battu tous les records de vente sur une semaine : Grand Theft Auto IV.

Un jeu dans lequel il vous est possible de violer et torturer n’importe qui, un jeu qui s’avère être une véritable simulation pornographique, un jeu dans lequel renverser des landeaux et des mamies vous rapporte argent et expérience, un jeu des plus sanglants… Mmmm, on me fait dire qu’il ne s’agit que de rumeurs colportées par le très sympathique Jack Thompson en fait. Et oui, Grand Theft Auto n’est plus que ce qu’il était et l’effet provoquant de la série s’est bien estompé.

Objectivement, l’immoralité prévaut mais les débuts sulfureux de la saga sont loin, très loin. A moins que je me sois habitué à cette violence gratuite ?

photos/JeuxVideos/gta4.12.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.1.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.2.jpg

I – Synopsis

Vous êtes Niko Bellic, un serbe qui a quitté son pays pour Liberty City, la ville qui représente le rêve Américain. Son cousin Roman l’attend avec des filles, des voitures de luxe, des appartements avec jacuzzi, des villas de rêve… Enfin, c’est ce qu’il lui avait dit, la réalité est tout autre et Niko Bellic va devoir se faire un nom pour exister dans cette ville.

Niko va devoir commencer par aider Roman dans son entreprise de taxi miteuse, ce dernier dernier croulant sous les dettes de jeux. Très vite, notre ami Niko se retrouvera aux mains avec la mafia Russe et les gangs de Liberty City. Niko pensait avoir laissé ses problèmes derrière lui mais en plus des embrouilles locales, son passé va le rattraper et d’anciens ennemis croiseront très vite sa route.

II – Le scénario

A chaque GTA son nouveau scénario. Même si dans l’esprit ça revient toujours plus ou moins au même, les bases changent et le personnage principal a vraiment sa propre histoire.

Contrairement à Tommy Vercetti, Niko ne gagne pas énormément en puissance au niveau de la ville, entendez par là qu’il ne finira pas en parrain de Liberty City. Niko est un home à tout faire, et il fera le larbin du début à la fin dans un seul but : accomplir sa vengeance.

Le scénario n’est donc pas si mauvais mais il est vrai que passer de Mass Effect à GTA me laisse un peu dubitatif sur cet aspect !

En point positif, on notera la possibilité de faire certains choix et de par exemple faire mourir un personnage principal ou un autre, de tuer un ennemi ou de lui laisser la vie sauve… Ces actions ont un effet sur le scénario, c’est un point très positif même si ça reste limité pour le moment.

III – Système de jeu

Comparé aux précédents opus, il n’y a pas de révolution, le système reste quasiment inchangé. Quelques nouveautés ont tout de même fait leur apparition. En effet, Niko a un téléphone portable : il recevra des missions par sms, des coups de fils, des photos… Cet objet est vraiment utile en permanence et il trouve finalement un aspect très sympa. Sauf erreur, contrairement à avant, on peut maintenant prendre les taxis quand on veut pour se déplacer rapidement d’un point à l’autre de la ville.

La conduite a été un peu revue et semble beaucoup plus réaliste qu’auparavant : il faut un temps d’adaptation mais au final, je suis vraiment satisfait du résultat.

Les missions sont très variées et ne se ressemblent jamais : aller buter le chef d’un gang, aller ramasser l’argent ou les diamants, livrer de la coke… Personnelement, je ne me suis jamais ennuyé en 29 heures de jeu. Certaines missions sont vraiment cultes : braquage de banque avec une sortie à la Heat, attaque d’un fourgon lors d’un transfert de prisonier et globalement, toutes les missions avec des personnages qui vous accompagnent sont très réussies. D’ailleurs, les personnages qui vous accompagnent meurent rarement, et c’est un point très positif comparé à d’autres jeux.

On regrettera quelques points tout de même et en particulier la difficulté trop inégale du jeu : la plupart des missions sont faciles et de temps en temps, on se retrouve face à une mission quasi-infaisable… Là, j’avoue, il me reste la dernière mission à terminer mais je fais une pause, ça fait 4 heures que je suis dessus et je suis à une minute de la fin… J’en peux plus de la recommencer, surtout que je l’ai loupé plusieurs fois à cause de bugs. En effet, le jeu contient pas mal de petits bugs : trous interdimensionnels qui vous feront tomber sous le décors en pleine mission hyperdélicate (toujours à la fin de la mission naturellement !). Bref, ce point est frustrant.

IV – Graphismes et musiques

Visuellement, c’est très inégal : autant le jeu est très soigné et même s’il n’est pas au top de la technique, il nous donne une impression de réalisme rarement atteinte (les explosions sont particulièrement réussie). Par contre les cinématiques sont à la limite de la laideur, en particulier quand elles se déroulent en intérieur. Etonnant.

Musicalement, la bande son est excellente, je ne connais pas le nombre de titres, mais il est toujours aussi impressionnant et les ziks sont vraiment bien choisies ; vive la radio Liberty City Rock ! Je ne me prononcerai pas sur les morceaux de rap, mais ils sont sûrement bien aussi (des connaisseurs ?)…

V – Le multi-joueurs

L’apparition d’un véritable mode multi en ligne est la nouveauté de cet opus. Et quelle nouveauté.

Il y en a pour tous les goûts au niveau des modes de jeu (chacun pour sa peau, flics contre voleurs, death match en équipe, concours de carjacking, coop, courses de voitures, mode libre… etc)

Plus que la partie solo, ce mode multi me rend tout chaud dedans mon corps tellement c’est bon. Pouvoir se friter avec d’autres joueurs dans des environnements totalement libres est un vrai plaisir. Le terrain de jeu est immense et les parties  à 16 sont génialissimes. Monter à 4 dans une voiture, à deux sur une moto, à 4 dans un hélico et partir se bastonner avec l’équipe adversaire… c’est du plaisir à l’état pur. Grandiose.

VI – Conclusion

GTA IV n’est pas le jeu de l’année, c’est clair. Cependant, ce jeu procure des sensations et des plaisirs non négligeables et il fait partie pour moi des incontournables. L’apparition du multi plus que réussi est le point fort de cet opus (achetez vous des 360 qu’on puisse jouer ensemble !). Au niveau de la durée de vie, vous ne serez pas déçus : rien que la partie solo fait 30 heures sans faire les missions secondaires.

Mes regrets vont du côté de l’aspect édulcoré du titre : on sent bien que les développeurs ont limité les possibilités pour ne pas trop choquer et que leur titre puisse se vendre (presque) partout. Heureusement, cet aspect est rattrappé par un humour excellent : vive les missions avec Jacob le fumeur de ganja !

Pour finir : putain de dernière mission.

Les points forts
– Réalisme impressionant
– Jouabilité au poil
– Les modes multi excellents
– Humour omni-présent
Les points faibles
– Trop édulcoré
– Difficulté trop inégale
– Cinématiques foireuses
– Quelques bugs génants

photos/JeuxVideos/gta4.3.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.4.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.5.jpg

photos/JeuxVideos/gta4.6.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.7.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.8.jpg

photos/JeuxVideos/gta4.9.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.10.jpgphotos/JeuxVideos/gta4.11.jpg

Répondre à Damien Borel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *