[Xbox 360] Dynasty Warriors Strikeforce

La Guerre n’est pas simplement deux camps, armés comme des Texans, qui se rentrent dans le lard pour jouer à « qui à la plus grosse ». Du moins, ce n’était pas ça, avant. La Guerre peut être considéré comme l’élément qui a forgé le monde tel qu’il est. Que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons, l’Histoire de tout pays tourne autour de la guerre, car là où les paroles ne suffisent plus, il nous faut recourir à la violence. La Guerre, c’est aussi une philosophie de vie, avec ses valeurs, qui ont d’ailleurs marqué l’ère féodale (avec la chevalerie qui s’est développé en Europe au même titre que le Bushido des samouraïs, à deux époques différentes et sans aucun contact entre ses deux « codes de vie »), comme par exemple le courage, la loyauté, l’honneur ou encore le dévouement. Des valeurs pour la plupart emportées dans les impétueux flots du Temps, mais qui gardent toute leur majesté quand on en parle. Qui n’a pas été ému par le sacrifice de William Wallace, campé par Mel Gibson dans Braveheart, qui défendit la liberté de l’Ecosse jusque sur le billot? Qui n’a pas été ému lorsque Katsumoto, dans The Last Samurai (dont El Juju nous a brillamment parlé récemment), fonce dans une bataille perdue d’avance et meurt honorablement sur le champ d’honneur? Qui n’a pas éprouvé de l’admiration pour Léonidas, dans 300, qui ne lâche pour rien au monde son combat face aux hordes de Xerxès? Nous admirons tous ces actes de bravoure, ces hommes et ces femmes qui se battent corps et âme pour une cause, juste ou non. Et bien, la Guerre c’est aussi l’élément principal de la longue série des Dynasty Warriors, série de jeux reprenant la fabuleuse épopée des Trois Royaumes, un pan de l’Histoire de la Chine prenant place aux alentours du second siècle après Jésus Christ (et la caravane passe… c’est bon je sors). Mes amis, replongeons-nous quelques instants dans une époque de chaos, là où émergent les héros qui défendent des idéaux de leurs vies!

photos/JeuxVideos/dwsf.01.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.02.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.03.jpg

A Warrior Is Someone Who Dedicates His Life To Something Bigger Than Himself

L'histoire des Dynasty Warriors a toujours été la même: celle des Trois Royaumes, époque de troubles qui se caractérisent par l'incroyable émergence de très nombreux héros. Comme le nom de l'ère l'indique, il y a trois grands royaumes/ empires: le Shu, le Wei et le Wu, qui sortirent de débuts tumultueux face à d'innombrables clans pour finalement devenir les trois seuls puissances en présence. Le principe du jeu a toujours été le même: incarner un des généraux de chacun des royaumes, et mener à bien des campagnes pendant lesquelles on zigouille du petit soldat frêle à foison et avec le sourire, pour le bien de notre camp. Si Strikeforce ne se distingue certainement pas par son scénario vis-à-vis de ses grands frères, il est indéniable que de nombreux changements ont été apporté à ce spin-off, que nous allons voir en détail dans les prochains paragraphes.

photos/JeuxVideos/dwsf.04.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.05.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.06.jpg

Once Upon A Time, A Dragon, A Tiger And A Phenix Fought Each Other To Rule China

Attaquons-nous donc au gameplay de ce Strikeforce. Si les DW ont toujours été caractérisé par un recyclage de l'épisode précédent, celui-ci a eu droit à de nombreux changements, à commencer par un gameplay revisité. En effet, les développeurs ont ajouté une dimension aérienne aux combats. Oui, on peut se la jouer Dragon Ball et fendre les airs pour aller fendre autre chose, et c'est sans surprise qu'il s'agit d'ennemis. Nous pouvons maintenant également alterner entre deux armes: l'arme principale, qui dépend du personnage et qui ne peut être remplacé que par une arme du même type, et l'arme secondaire, qui peut être de tout type (un arc, une massue…). Cela donne un élément stratégique supplémentaire, et l'explication de ce phénomène m'amène à parler d'une nouveauté: les armes sont plus ou moins efficaces selon le type d'ennemis. Par exemple, un arc sera faible contre des armes de siège ou l'infanterie lourde, mais fera des ravages face aux mages et certains épéistes. A l'inverse, la massue est très efficace contre l'artillerie, mais très faible contre les mages. Cela vous poussera donc à mieux réfléchir à l'équipement de vos personnages. Oui, vos personnages, car c'est en tout quatre officiers que nous avons en même temps: le joueur et trois officiers contrôlés par l'IA ou d'autres joueurs. De plus, il y a maintenant un système de techniques Ki, qui permettent par exemple à votre personnage de doubler sa force quand il est à l'article de la mort ou bien de flotter dans les airs, ce qui vous poussera encore une fois à réfléchir.

photos/JeuxVideos/dwsf.07.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.08.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.09.jpg

Alone Against All

Voyons donc maintenant le "fond" du jeu (pas de remarques graveleuses je vous prie). Le jeu se divise en deux phases: la ville et les missions. La ville est le lieu où vous pouvez acheter de nouvelles armes, améliorer es actuelles, apprendre de nouvelles techniques, changer d'officiers, etc… Les missions sont le coeur du jeu, et se divisent elles-mêmes en deux catégories: les requêtes et les batailles, ces dernières étant ce qui fait avancer l'histoire. Le système de customisation mis en place grâce aux nombreuses armes disponibles, aux techniques Ki et à leurs nombreuses combinaisons possibles, vous permettra de vous confectionner le héros de vos rêves. Plutôt offensif? Augmentez sa force de frappe, collez-lui des Ki agressifs. Plutôt défensifs? Préférez les techniques de soin automatiques. Bref, la customisation peut aller assez loin et offre de nombreuses possibilités. Les combats, quant à eux, ont vu leur difficulté largement accrue: s'il était aisé, avant, de finir des batailles sans problèmes avec un Body Count frôlant les 900 morts, il est maintenant difficile et monotone de monter à 100 victimes (vous le ferez d'ailleurs seulement s'il s'agit d'un objectif bonus). Disons bonjour également aux nombreux systèmes de défense, qui peuvent devenir très agaçants à certains moments (deux balistes, quatre canons, lance-flammes muraux…), mais surtout à des officiers shootés aux stéroïdes qui vous donneront du fil à retordre. Un nouveau type d'ennemis a également fait son apparition: les "armes" géantes, qui sont plus des créatures monstrueuses qu'il vous faudra vaincre après de longues minutes de labeur que de vraies armes. Il est important de noter l'apparition du système de Furie: maintenant, lorsque votre jauge "Musou" est pleine, vous pouvez vous changer en sorte de guerrier Sayan. Les cheveux plus longs, une armure modifiée, plus fort, plus rapide et plus résistant qu'avant, cet état vous rend momentanément beaucoup plus coriace et vous sauvera plusieurs fois la vie. Mais alors, Koei aurait-il enfin développer un DW qui ne se fout pas de la gueule des fans?

photos/JeuxVideos/dwsf.10.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.11.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.12.jpg

Angry Again

La réponse est un gros "non". Tout d'abord, où sont passé les gargantuesques armées? Nous sommes quatre pauvres clampins envoyés au casse-pipe contre quelques bataillons lamentables (certes plus durs à vaincre qu'avant, mais chétifs en comparaison de ceux des anciens DW). L'essence même de DW était, justement, le principe de grosses batailles où de grandes armées s'affrontaient jusqu'à la mort. Adieu la jouissance du fauchage de dizaines et de dizaines de soldats, bonjour les duels molassons face à des petits soldats bas de gamme. Où sont passés les grandes cartes sur lesquels on passait un temps fou à se jeter d'un front à l'autre pour soutenir chacun de nos alliés? Maintenant, chaque carte est divisée en petites zones. Ce qui m'amène à un autre gros point noir: les temps de chargement. Il faut noter qu'à la base, Strikeforce était un jeu PSP. Sauf que son portage sur consoles de salon (qui sont bien plus puissantes) vu très strict. Ainsi, les changements de zones ont un temps de chargements agaçants alors que les consoles auraient pu aisément gérer des cartes gigantesques sans aucun "zonage" et sans aucun chargement. Les graphismes sont à des années lumières de ceux des jeux de consoles actuels, et on peut hurler un sublimissime "Bon Dieu que c'est moche!" sans aucun scrupule. Les décors sont vides, les textures infâmes, bref, c'est tout simplement cruel pour nos rétines. Les musiques, quant à elles, sont de simples remix des anciennes. Et enfin, il n'est pas rare de subir d'énervants ralentissements qui viennent ramolir des combats déjà peu dynamiques et mettre vos nerfs en pelottes. En tant que grand fan de Dynasty Warriors, ce foutage de gueule monumental me fend véritablement le coeur.

photos/JeuxVideos/dwsf.13.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.14.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.15.jpg

Finally?

Finally, nouvelle déception accompagnée de bonnes idées. Les développeurs ont inséré de bonnes nouveautés, comme le mode Furie, les combats aériens ou la custo très poussée, mais ont vraiment tué le reste du jeu. Un Dynasty Warriors qui a perdu toute l'essence même de la série, visuellement immonde, auditivement barbant, jeu de console portable qui rame un max sur console de salon, voilà ce qu'est ce spin-off de la longue série des Dynasty Warriors. En gardant l'espoir qu'un jour, Koei réagisse et nous ponde enfin un DW digne de ce nom, avec de beaux graphismes travaillés, un bande son qui arrache et un gameplay en béton armé!

photos/JeuxVideos/dwsf.16.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.17.jpgphotos/JeuxVideos/dwsf.18.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *