[Xbox 360] Dynasty Warriors 6

Si les chinois sourient tout le temps, c’est parce qu’ils sont 1,4 milliard et, qu’un jour ou l’autre, ils vont tous nous niquer. Nan mais c’est vrai quoi! Des chinois d’1m20 ça fait des bonds de 10m en plaçant, au passage, 254 coups de balerines traditionnelles dans la tronche des méchants ricains poilus tout en jetant un « YAAAAAAAAA » phénoménal (Bruce Lee, tu nous manques!). Et ces bougres savent faire ça depuis des siècles et des siècles, avant même de savoir faire pousser du riz.

Mais nous n’allons pas remonter le temps si loin que ça. Non, nous allons aller au second siècle après JC (non, pas Vandamme, mais Christ, vous savez, le gangsta rappeur là… quoi homme saint?) dans ce même méga pays. La Dynastie Han s’effondre, et les différents seigneurs du pays tentent leur chance. Dynasty Warriors, que ce soit le dernier ou le premier, ça a toujours été la même et fabuleuse histoire: l’Ere des Trois Royaumes!

photos/JeuxVideos/dw6.0.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.1.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.2.jpg

I – Come and get me if you dare!

Titre de bourrin, jeu de bourrin. Et oui, ça, mes enfants, c'est pas du jeu de princesses qui se fait tringler par un beau prince brushingué. Non, là c'est du lourd, du gras, du crado, du copieux, du dégueu, du saignant. C'est la guerre nom d'un chien! Bien loin l'époque où les ricains faisaient caca dans la jungle avec le paquet de clopes sur le casque, en-dessous du "Born To Kill" traditionnel chez les vietcongs. Non, là, c'est entre chinois, à coups de sabres, d'hallebardes, de lances et de tout c'que vous voulez. Et vous incarnez donc un des nombreux personnages pour revivre les grosses batailles de l'époque. A pieds, à dada, on tape et on retape du pauvre petit soldat ennemi. Vous pouvez remplir différents objectifs pendant les batailles, dans le but de gagner plus d'expérience, mais aussi de rendre la bataille plus aisée à terminer. Vous pouvez donc utiliser un peu votre cerveau, au lieu de vous contenter de tailler dans le vent avec votre maxi-arme.

II – Suck my d*ck or I kick your *ss!

Gameplayyyyyy, gameplayyyyyy, quoi de beau sous ce petit mot technique anglophone? Bah, y a la même chose que depuis le 3 (j'ai jamais joué aux précédents) : appuyer sur des boutons pour cogner dur. On notera l'ajout de petits prises très efficaces en position défensive, qui, en plus, doublent la prime d'expérience si vous tuez un officier avec. On peut maintenant aussi monter les échelles et nager, un gros changement par rapport aux anciens opus. Egalement des différences sur les combos: les enchaînement sur le bouton "X" n'ont plus de fin, on peut cogner autant de temps qu'on le souhaite. Le "Y", lorsque qu'on appuit répétitivement, déclenche des combos chargées, plus puissantes, mais qui se stoppent. Si on reste appuyé sur "Y", la charge ne fait qu'un seul coup, plus puissant et de grosse ampleur.

Ce point rajoute un peu de réalisme aux combats. D'ailleurs, les mouvements exécutés, la durée des enchaînements et la puissance des coups sont modulés selon une "jauge Renbu"; qui se remplit en tuant des méchants et se vide en prenant des coups. Peut-être une façon de traduire le besoin d'échauffement de tout bon guerrier?

III – Bring it on, Kid!

Côté graphisme, ça a d'la gueule. Premier opus sur console next-gen, ça change vraiment par rapport aux anciens. On voit enfin les ombres comme il faut, les paysages sont de moins en moins "sobres", et les personnages sont toujours aussi classes! (il suffit de jeter un coup à Lu Bu, il déchire le slip!) Côté musique, ça envoie bien. Koei nous gratifie toujours d'une bande son heavy metal avec une petite touche orientale, et une ambiance guerrière épique qui ferait bander Bush. Pour les batailles, elles sont biens. On notera quand même leur nombre restreint (une petite vingtaine de batailles en tout). On les maîtrise rapidement, sans avoir de mal à remplir les 3 objectifs.

IV – Get off my way, or I crush your bones with my fangs!

Et par rapport aux anciens opus? Et c'est là que viennent les points noirs. Malgré les jolies nouveautés, on a beaucoup perdu dans la bataille. Plus d'éditeur de personnages, la mode Musou (Histoire) n'est pas disponible pour tous les personnages, et, comble du comble, certains personnages se battent exactement de la même façon!!!! DAMNATION! Mis appart ceux jouables en mode Musou, qui eux sont uniques en leur genre, les autres sont "catégorifiés". Ainsi, Taishi Ci et Ma Chao manient la lance de la même manière, Xu Huang, Cao Ren, Guan Ping et Ling Tong pour l'hallebarde, ou encore Zhou Tai et Huang Zhong à l'épée. UN SCANDALE! On était habitué au foutage de gueule de chez Koei, mais là, c'est une hérésie!

V – Finally?

Bah finally, décevant et kiffant. A la façon du Yin et du Yang, ce jeu offre de nouvelles choses et en retirent des anciennes qui ne méritaient pas de dégager. Un puriste et fan de cette série comme moi sera tout excité de pouvoir à nouveau jouer à un nouvel opus, mais sera malgré tout déçu de certains points.

EN CADEAU: Des artworks des personnages qui, d'après moi, ont le plus de classe!

 
Points Forts:
– Un scénario romanesque
– Un gameplay efficace  plaisant
– Un jeu de bourrin comme il en faudrait plus
– Une bonne bande son
Points faibles:
– Le foutage de gueule habituel de Koei
– Le foutage de gueule habituel de Koei
– Le foutage de gueule habituel de Koei
– Le foutage de gueule habituel de Koei

photos/JeuxVideos/dw6.3.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.4.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.5.jpg

photos/JeuxVideos/dw6.15.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.7.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.8.jpg

photos/JeuxVideos/dw6.9.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.10.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.11.jpg

photos/JeuxVideos/dw6.12.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.13.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.14.jpg

photos/JeuxVideos/dw6.16.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.17.jpgphotos/JeuxVideos/dw6.18.jpg

Répondre à Guigui Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *