[Xbox 360] Crackdown

Ahhh quand magie rime avec technologie! (oui, je sais, ça rime tout le temps, mais vous allez vous contenter de boire aveuglément mes paroles et de fermer comme clapet le temps du test, right?)

DONC!La technologie, c’est la base de ce jeu. Mais pas n’importe quelle technologie, chers amis geeks : la technologie qui envoie du gros paté campagnard dans ta vieille gueule de jeune racaille droguée ! BOAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Et oui, dans « Crackdown », il y a « Crack », et ça craque pas mal dans ce jeu! Laissez votre humble serviteur, Mister Krieg (et pas Choupy, comme certains ont tendance à m’appeler…) vous guider dans ce petit disque pour Xbox 360…

photos/JeuxVideos/crackdown.1.jpgphotos/JeuxVideos/crackdown.2.jpgphotos/JeuxVideos/crackdown.3.jpg

I – Make Love, Not War… Or Both !

Le principe du jeu s'articule à partir d'un scénario simple, mais efficace et assez crédible: vous êtes un maxi-agent façon cyborg, créé pour fracasser sans arrêt et avec une efficacité incroyable.Evidemment, vous allez pas passer votre jeu à vivre comme le commun des mortels, à aller faire vos courses, siroter votre bière et votre taper votre cyber-nana. Non, là, vous êtes dans une ville baptisé Pacific City, qui porte FOUTREMENT mal son nom.

En effet, la ville est composée de 3 quartiers aux mains des 3 gangs du jeu : Los Muertos (des racailles mexicaines moisies mais très emmerdants), les Volks (des allemano-russes trafiquants de, euh, tout), et les Shaï-Gen (des chinois énervés), et une petite île pourrie qui appartient au Bon Côté de la Force. Votre boulot est donc d'exploser la face des chefs de gangs pour libérer la ville du sacré bordel qu'ils ont causé. C'est pas trop recherché, pas trop dur à comprendre, mais on s'en contente.

II – BFG: Big Fucking Gun

Passons au gameplay. L'intérêt de ce jeu, c'est justement ça: un bon gameplay! Votre personnage commence avec des caractéristiques minables (enfin, minables par rapport à la fin), et des armes de bases. Les habiletés, que sont l'agilité, la force, le tir, la conduite et les explosifs, augmentent avec l'avancée dans le jeu. Par exemple, à force de mettre des shoots dans la face de vos adversaires pour les tuer, votre force augmentera. Au niveau maximum, vous pouvez soulever des camions, et il suffit de faire bouffer vos bottes à un adversaire pour le buter en un coup. Un système d'évolution qui permet de flâner tranquille dans la ville en tuant du criminel, sans forcément en chier sur une mission pour laquelle vous n'êtes pas encore assez efficace.

A la fin du jeu, je me suis retrouvé à sauter de toits en toits, à plomber des ennemis à plusieurs centaines de mètres, à retourner des trucks à coup de pompes, et à faire péter mes grenades sur un rayon de 30m de diamètre. C'est vraiment kiffant de jouer une machine à tuer irrationnellement puissante, et c'est d'ailleurs, d'après moi, le gros intérêt du jeu. Et avec vos habiletés, vos armes deviennent plus efficaces, et vous en avez des nouvelles. Ahhhhhhh, faire frire des groupes entiers de racailles à coups de roquettes, un vrai régal!

III – Rambo Is A Queen

Maintenant, la finalisation. Pour les graphismes, c'est pas exceptionnel, sans être moche non plus. A noter que le jeu date quand même de 2003, nous allons donc être indulgent, c'était un des premiers jeux de la console! Pour la musique, il n'y en a que pendant la pause ou en voiture, mais j'ai trouvé dommage le manque de diversité de styles de musique, parce qu'à part de la techno, y a pas grand chose, et c'est bien dommage. Pour le jeu en lui-même, il est un peu trop court, et, même si ça ne va pas ensemble, un peu répétitif à mon goût. Effectivement, on passe le plus gros du jeu à tirer sur de la caillera puante. Les missions sont toutes les mêmes : buter les lieutenants pour affaiblir le QG, et ensuite couper la tête du serpent. A noter que j'ai trouvé que les boss sont assez durs à flinguer, car il y a un nombre incroyable d'ennemis qui nous tirent dessus en même temps. Je conseille donc de passer par les toits ou de traverser les lieux bourrés d'ennemis sans s'emmerder à les buter. Préférez également les explosifs aux armes à feu, et utilisez les coups de pieds quand vous manquez de munitions.

IV – Finally?

Et bien, finally, c'est un bon jeu. Un principe simple, un peu répétitif certes, mais vraiment bandant. On a tous rêvé, un jour ou l'autre, de découaner du petit merdeux à tout bout de champ sans se soucier des balles. On notera quand même qu'un deuxième opus est plus au moins prévu, en espérant une amélioration au niveau des missions, des skins d'agent, de la bande son et des graphismes.

Points forts:
  – Un gameplay kiffant
  – Un agent qui pète la classe
  – Un agent qui pète tout court
Points faibles:
  – Des graphismes un peu dépassés
  – Musique répétitive
  – Missions répétitives

photos/JeuxVideos/crackdown.4.jpgphotos/JeuxVideos/crackdown.5.jpgphotos/JeuxVideos/crackdown.6.jpg

photos/JeuxVideos/crackdown.7.jpgphotos/JeuxVideos/crackdown.8.jpgphotos/JeuxVideos/crackdown.9.jpg

Répondre à Damien Borel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *