[Xbox 360] Brutal Legend

Nous sommes le soir du 31 Octobre à l’heure où j’écris ces lignes. Halloween, grand champion évènementiel du capitalisme américain, rend les enfants fous. Réclamant des bonbons, on préfèrerait leur distribuer des baffes. De jeunes ados prennent cette fête comme prétexte pour sonner chez vous, faire des doigts d’honneur à votre petite caméra ou votre judas. Vos doigts se crispent, et une petite voix dans votre tête vous exige de sortir, hache en main, répandre leurs viscères sur le pallier de votre humble chaumière en exemple et pour dissuader tous ces petits misérables fils à papa de venir troubler votre repos. Dans ces cas-là, rien ne vaut un bon petit défouloir. Un jeu vidéo, par exemple. Un jeu vidéo du genre de Brütal Legend. Du bon gros beat’em all des familles, plein de sang et de monstres pas beaux à découper en petits morceaux. Un moyen de comprendre comment nos barbares ancêtres inventèrent le carpaccio. Brütal Legend, c’est avant tout l’un de ces jeux qui font parler d’eux avant même leur sortie. Un de ces jeux prometteurs, qui se dresse fièrement en face de vous avec cet air triomphant qui dit « tu vas en prendre plein ta p’tite gueule! ». Alliant violence, barbarie, humour et heavy metal, Brütal Legend était effectivement annoncé comme l’un des jeux chocs de l’année. Alors, chers lecteurs, prétention ou réalité? Enfilez vos bottes, allumez-vous une clope, finissez votre bière, branchez votre guitare (sans oublier la distorsion, on est pas des fiotes), faites vrombir le puissant moteur de votre Harley favorite, et, surtout, affûtez votre hache, y a du démon à zigouiller! CA VA GICLER JUSQU’EN ENFER!

photos/JeuxVideos/brutallegend.1.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.2.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.3.jpg

Metal Is Dead, Isn't It?

Eddie Riggs, protagoniste et héros du jeu (campé par le grand Jack Black), est considéré comme le meilleur roadie du monde. Les roadies sont les hommes à tout faire qui accompagnent les groupes dans leurs tournées. Eddie peut monter n'importe quelle scène, réparer n'importe quoi, accorder n'importe quelle guitare. Mais il est au service d'un jeune groupe pétant plus haut que son cul et portant une estocade mortellement honteuse au métal à chaque fois qu'ils montent sur scène. Eddie ne les supporte plus. Lors d'un de leurs concerts, alors qu'il discute avec un autre roadie qui, lui non plus, ne peut pas piffer la troupe de trous du cul, l'un de ces fameux petits cons décide, pour le fun, de faire ce que Eddie lui avait formellement interdit: escalader le décor. Un morceau menace de tomber, et l'enflûre de musicien pourri avec. En bon roadie, Eddie jète sa clope, rattrape la guitare du jeune écervelé avant de le récupérer lui-même. Ni merci ni merde, l'ado s'en va et reprend le show. "Un bon roadie est invisible", se dit Eddie, alors qu'une partie du décor lui tombe sur la pomme. Son sang coule jusqu'à sa boucle de ceinture, qui émet soudainement une étrange lueur et semble baver du sang. Le décor scénique lui-même s'anime, et devient un démon du nom de "Ormageden" (pas sûr de l'orthographe), la Bête de Feu. Composé de magma, une tête ressemblant à ce crâne de métal qui orne les pochettes d'album de Motörhead, le géant anéantit le groupe mais sauve Riggs (le public est fou, prenant cela pour un show scénique programmé). Notre roadie préféré se retrouve dans un autre monde. Un monde en perdition, dans lequel les démons, menés par l'Empereur Doviculus, posent petit à petit leurs griffes poisseuses. Ce monde n'est autre que le monde du Heavy Metal! Riggs, qui semble bénit des Dieux, va donc rejoindre la faction des humains, et les aider à sauver leur monde des gros pas beaux qui bavent, qui puent et qui se torchent même pas après avoir fait caca!

photos/JeuxVideos/brutallegend.4.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.5.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.6.jpg

It's The Devil's Scream! The Angel Singing… It's F*cking Good! It's Called… Heavy Metal!

C'est ainsi que notre ami Eddie se retrouve à devoir mener une rébellion. Armé d'une puissante hache, poétiquement baptisé le Separator, et de sa guitare, Clémentine, Eddie aura également un Hot Rod, la "Deuce", customisable de façon à transformer cette voiture de frime en véritable machine de guerre à l'américaine. La guitare représente en fait l'arme de combat à distance, car dans le monde du Heavy, un accord lâché fait tomber la foudre, et les solos permettront, entre autre, d'invoquer la Deuce, de faire fondre les ennemis proches ou de remotiver les troupes pendant les batailles. Car oui, batailles il y a. Le monde du Métal est divisé entre quatre factions: les Métalleux, menés par Eddie Riggs, les Glam Rockers, les Maudits et bien sûr les démons. Chaque faction comporte des unités différentes: les Métalleux ont, par exemple, les Headbangers, jeunes gens au front plat et au cou hypertrophié qui secouent la tête en permanence et aux coups de boules dévastateurs, ou encore les Barons de Feu, des bikers répandant des flammes derrière eux à la manière de Ghost Riders. Chez les Glam Rockers, les unités sont les mêmes mais leurs vêtements sont bien plus flashys, ambiance Mötley Crüe. Les Maudits, adorateurs du Black Metal, ont pour unité de base les Fossoyeurs, des baltringues emos se battant à l'aide de pelles, ou encore les Mariées, fantômes pouvant lancer des éclairs. Enfin, les démons (qui représentent la scène Hardcore) n'ont que des unités d'élite, comme par exemple le Fléau, véritable géant faisant tournoyer un énorme fléau d'arme, ou la Nône de combat, démon "sexy" (c'est Eddie qui l'a dit!) mettant tout son coeur à vous vomir en pleine gueule. On pourra notamment coopérer avec nos unités. Par exemple, lancer un pogo avec les Headbangers (ils vous encerclent et distribuent des coups de tronche à quiconque s'approche), monter à l'arrière d'un Baron de Feu ou encore sur le dos d'un monstre de métal, créature ayant l'aspect d'un tigre noir géant avec la face maquillée à la manière de Kiss et pouvant cracher du feu. Votre objectif est donc de tous les écraser et de libérer le monde du joug des méchants cornus. Pour cela, en plus des missions normales, il faudra passer par des "batailles de scènes". Le principe est simple: détruire la scène de concert de l'ennemi et conserver la sienne. Pour cela, il faut activer des geysers de fans à l'aide d'un solo, construire un stand de goodies par-dessus (que l'ennemi s'empressera d'essayer de détruire) pour récolter toujours plus de fans, qui permettent de mettre sur pied vos unités. A noter qu'Eddie, pendant ces phases, peut voler, lui permettant de surplomber le champ de bataille et d'aller donner ses ordres plus rapidement.

photos/JeuxVideos/brutallegend.7.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.8.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.9.jpg

Suck My Guitar Big Ugly Demon!

L'un des points forts de ce jeu, pour tout fan de heavy qui se respecte, est l'ambiance. L'univers heavy metal est truffé de petits clins d'oeil: un pic rocheux en forme de croix de fer, un autre en forme de guitare, les créatures ayant, pour la plupart, une partie de leur corps fortement inspiré de motos ou de voitures (les sangliers/ choppers par exemple), et surtout la présence de guest stars. Ozzy Osbourne incarne le Gardien du Métal, qui garde le Garage Métal, lieu où l'on peut améliorer sa guitare, sa hache, la Deuce et apprendre de nouveaux combos, Rob Halford, chanteur de Judas Priest, est le chef des Barons de Feu, Lemmy de Motörhead devient le "Kill Master", soigneur légendaire et chef des Chopperboys (unités de soin des Métalleux), et Lita Ford est la boss des chevaucheuses de monstres de métal). Mais si l'univers du jeu est très soigné et retranscrit parfaitement l'ambiance que l'on attend, Brütal Legend n'est pas exempt de défauts. Tout d'abord, au bout de deux heures de jeu, on a tout exploré. Pas d'autres nouveautés, et si les missions ont des fonds bien différents, la forme reste souvent la même: escorter le Bus Tour, aller cogner du démon ou faire une bataille de scène. Mais surtout, SURTOUT, le jeu se termine rapidement: 7 à 8h de jeu pour les plus mous si l'on ne s'occupe pas des missions secondaires, qui, pour le coup, sont très secondaires. Personnellement, il m'a fallu 6h… à presque 12€ l'heure de jeu, ça pique quand même les fesses jusqu'à l'intérieur!

photos/JeuxVideos/brutallegend.10.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.11.jpgphotos/JeuxVideos/brutallegend.12.jpg

Finally?

Finally, Brütal Legend reste un bon jeu, plaisant à jouer, mais indéniablement trop court et manquant cruellement d'approfondissement. L'univers est très accrocheur, et tout fan de Heavy Metal sera comblé dès les premières minutes de jeu. Mais la déception laissera vite un petit goût amer dans la bouche quand, une fois Doviculus vaincu, on se dit "quoi? déjà?". L'humour de Jack Black est également présent, et, bien que pas toujours au top de sa forme, il s'agit également d'un excellent point, comme cette fâcheuse manie qu'a Eddie de faire une glissage sur les genoux après avoir vaincu certains boss en hurlant "DECAPITATIONNNNNNNNNN!!!!" façon Rockstar déchaînée, ou encore les petites répliques rigolotes sorties de nulle part. En bref, un jeu bourré de possibilités, séduisant, mais qui aurait pu être beaucoup plus approfondi et qui frustrera immanquablement le joueur-lambda qui a accroché à l'univers du jeu.

Official E3 Trailer

Story Trailer

Répondre à Hagneré C. Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.