Septembre: groupe du mois: Motörhead

Si les années 70 ont été marquées par le mouvement Punk, la guerre du Vietnam, la nostalgie de Che Gevara et la création du SMIC, n’oublions pas la grosse tâche de gras qui restera indéfiniment sur le parquet de la scène Rock/ Métal : j’ai nommé le groupe légendaire Motörhead. Groupe phare des années 80 et 90, Motörhead est l’archétype du groupe de Heavy Metal sale, agressif, bourré de whisky et de produits dont il vaut mieux éviter l’analyse, sous peine de défier les lois de la biologie en matière de capacités d’absorption de drogue. Chers lecteurs, mettez vos santiags, vos lunettes noires, préparez vos verres et vos foies, c’est parti pour un tour du propriétaire !

motorhead

Fiche technique

Line-up actuel: Lemmy Kilmister (basse et chant), Phil Campbell (guitare), Mikael Delaoglou (batterie)

Nombre d’albums: le vingtième sort ce mois-ci!

Style: Heavy Metal, Hard Rock

Petite biographie

Le groupe Motörhead est fondé en 1975 par son charismatique leader et seul membre permanent, Lemmy Kilmister. Ce dernier, après avoir joué plusieurs années avec un groupe nommé Hawkwind, est renvoyé pour son goût pour les amphétamines, tandis que la « drogue de référence » du groupe était le LSD. Furieux, il emmène avec lui du matériel de scène et fonde le groupe Bastard, aujourd’hui connu comme étant Motörhead. Ce nom provient de l’argot américain, et désigne un consommateur d’amphétamines ! L’album qui marquera leur succès est Overkill, en 1979, qui fait beaucoup parler de lui. En effet, le « son Motörhead », c’est-à-dire un son lourd, brutal surprend beaucoup de monde. Ceci est notamment dû au fait que le batteur utilise abondamment la double pédale, et que Lemmy joue de la basse comme de la guitare, donc en plaquant des accords, donnant un son percutant et violent. Avec un rythme d’enregistrement digne d’un taliban fanatique, le trio enregistre environ un album tous les six mois, consolidant sa place maintenant certaine sur la scène Rock et Metal anglaise, puis mondiale.

Ce groupe reste, depuis 30 ans, une référence en matière de « gros son », et un des grands rois du Rock n’Roll, seul terme que Lemmy accepte pour désigner sa bande.
 
Lemmy, le leader, est de loin le personnage le plus important du groupe, et une figure emblématique du mouvement métal, surtout à une époque où le punk domine. En effet, son look, son allure, sa consommation frénétique d’amphétamines et de whisky ont fait de lui le symbole de la culture « Rock crasseux ».

photos/Musique/motorhead.2.jpgphotos/Musique/motorhead.3.jpgphotos/Musique/motorhead.4.jpg

L’avis de Choupy

J’ai d’abord été surpris par ce groupe. La voix de Lemmy, qui beugle comme un veau alcoolique, sonne étrangement à l’oreille, et ce son brutal de guitare et de basse à l’arrière ne fait que renforcer cette impression de débauche. Mais après quelques écoutes, j’ai commencé à vraiment apprécier ce petit côté malsain, sale, crasseux et qui sent la culotte de groupie pas fraîche. Je suis maintenant un grand fan du groupe, et un poster de Lemmy trône au-dessus de mon ordi, tandis qu’il se dresse également sur un de mes t-shirts favoris ! J’aime également beaucoup cette image que renvoie le trio, et surtout Lemmy,  celle d’une bande de rockers qui joue pour le plaisir, et qui met des pêches à ceux qui les critiquent.
Je conseille donc d’écouter Motörhead sur la durée, car tout ce qui fait de ce groupe ce qu’il est, c’est d’abord surprenant avant d’être plaisant !
 
photos/Musique/motorhead.5.jpgphotos/Musique/motorhead.6.jpgphotos/Musique/motorhead.7.jpg

 

Quelques anecdotes

  • Le groupe a composé les thèmes d’entrée de Triple H, catcheur de la WWE et fan invétéré du groupe. Les chansons sont The Game, King Of Kings et Line In The Sand (à l’époque du gang Evolution)
  • A sa dernière analyse de sang, les médecins décident, devant ce cas étrange, de ne pas le transfuser. En effet, Lemmy ayant un sang tellement toxique qu’il ne pourrait supporter un sang pur de toute drogue, et qu’il risquerait de tuer quiconque reçoit de son sang !
  • Lemmy fut d’ailleurs le sujet d’un livre portant sur son incroyable constitution physique. En effet, malgré sa consommation intensive d’amphétamines, il n’en ressent aucun effet néfaste (il en consomme depuis qu’il a 17 ans, il en a aujourd’hui 63 et il pète la forme !). Malgré cela, il déconseille fortement les gens de l’imiter.
  • Malgré sa voix grave, son attitude rock et son image de crade, Lemmy est très à cheval sur les bonnes manières !
  • Alors qu’il se baladait dans Los Angeles, ville où il habite, il aperçoit une femme qui se fait kidnapper sous la menace d’un pistolet. Lemmy fonce dans le tas, désarme l’homme, lui explose la tronche en jetant un « FUCK OFF !» plein de fougue et d’ardeur.

 VIDEOS

"Orgasmatron" version live

 

"Born To Raise Hell"

 

"The Game"

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.