Septembre: groupe du mois: Alice In Chains

Elle ne sent plus rien. Plus rien, sauf cette sensation intenable de n’être plus qu’un objet, du gibier. La proie du plus cruel de tous les prédateurs. Son regard vitreux, houleux, dérive dans la pièce comme une petite barque au beau milieu d’un maelström. Le peu de lumière, ces rares rayons que la vieille porte de bois moisi laisse passer, lui brûle les yeux. Saoulée, droguée, elle n’a même plus la force de se tenir assise. De toute manière, elle ne se rend même plus compte qu’elle est allongée à même le sol. Soudain, au beau milieu du chaos qui règne en Maître dans son cerveau, au beau milieu de ce bourdonnement infernal, de ce rugissement sourd et pourtant si effrayant qui lui martèle les tympans, au beau milieu de ce flot d’images sordides, immondes, elle sait qu’il revient. La bête furieuse dans son esprit se tient muette pour laisser résonner le claquement du talons des bottes contre le parquet crasseux. La vieille porte s’ouvre brusquement, soulevant un nuage de poussière, jetant au visage de la pauvre fille le plus brûlant de tous les Soleils qu’elle ait jamais eu à recevoir en pleine face. Il est là. Droit, fort, implacable. Elle sait ce qui l’attend. C’est bien la seule chose qu’elle sait et dont elle est consciente. Il s’approche. Lentement. Mécaniquement. Sous son large chapeau de cuir noir, elle ne distingue que ses yeux de rapace qui la fixe. Il tourne autour d’elle. Le loup contemple sa victime, cette pauvre biche blessée, paniquée, terrorisée. Il sait qu’elle ne peut plus rien pour sauver sa pitoyable vie. Elle est condamnée. Et il veut s’amuser avec elle. Une dernière fois avant s’enfoncer ses crocs dans sa chair juteuse. Une toute dernière fois. La large silhouette repasse devant elle. Lentement, méthodiquement, il se place en face d’elle, la dominant de toute sa hauteur, de toute sa puissance. Un sourire laisse apparaître la démence sur son visage. Un feu danse dans ses yeux. Un feu froid, dérangeant. Un feu de haine, de fureur, de tendresse et d’amour. Elle est terrifiée. Elle est perdue. Elle est condamné. Toujours avec cette lenteur et cette attitude de machine, il se baisse. Sa main se pose presque délicatement sur la jolie gorge, tandis que son faciès abîmé se rapproche de celui, frêle et doux, de sa proie. Ses lèvres rugueuses s’entrouvrent. Elle sent son souffle chaud, fétide, lourd. Il est affamé. Ses pupilles s’étrécissent comme celles d’un serpent. Un simple point noir dans un océan de flammes. Sa gorge se sert. Elle n’a jamais eu aussi peur… « PUTAIN J’AI UNE DE CES DEMI MOLLES LA, VIENS QUE J’T’HONNORE UN PEU TOI, POUFIASSE! »

Voilà, j’ai planté l’décor. Et c’est sans transitions (parce qu’on est pas des danseuses) que je vous annonce que, cette fois-ci, c’est sur Alice In Chains qu’on va se secouer la tignasse (pour ceux qui en ont… pour moi en fait). Et là, comme je te connais, cher public, je sais que tu te demandes que Diable fout cette putain d’intro pour parler d’un groupe de musique. HAHA, petit con d’inculte de trou du cul de public à la mord-moi l’noeud (et hop, quelques mots supplémentaires pour le référencement), la réponse est très simple: pour l’ambiance! Mais je reviendrai à tout cela, que ça vous plaise ou non, plus tard. Et allez, hop hop hop, on y va, on se motive, une p’tite pipe et on est parti: un petit tour du proprio s’impose!

photos/Musique/aliceinchains.1.jpgphotos/Musique/aliceinchains.2.jpgphotos/Musique/aliceinchains.3.jpg

Fiche technique

Line-up actuel: Jerry Cantrell (guitare), William DuVall (chant), Mike Inez (basse), Sean Kinney (batterie)

Nombre d'albums: 4 albums

Style: Rock/ Grunge

Dates clés

-1987: formation du groupe

-1990: sortie de "Facelift"

-1992: sortie de "Dirt"

-1994: sortie de "Jar Of Flies" (sous la forme d'un maxi)

-1995: sortie de "Alice In Chains" (appelé "Tripod" ou "Three" par les fans car troisième album, et la couverture représente un chien à trois pattes)

-2002: Layne Staley, le chanteur de l'époque, est retrouvé mort d'une overdose de Speedball. Ceci débouche sur une dissolution (non-officielle) du groupe

-2005: reformation, avec différents chanteurs (Phil Anselmo de Pantera ou encore Pat Lachman de Damageplan), avant que le poste ne soit occupé par William DuVall

photos/Musique/aliceinchains.4.jpgphotos/Musique/aliceinchains.5.jpgphotos/Musique/aliceinchains.6.jpg

L'avis de Choupy

Je connais Alice In Chains depuis plusieurs années (notamment grâce à leur célèbre chanson "Them Bones", sur la BO de GTA San Andreas), mais c'est seulement maintenant que je les découvre réellement. Si je devais résumer le quatuor en un seul mot, je choisirais sûrement "dérangeant". Ce qui les caractérise, d'après moi, c'est cette atmosphère malsaine, pesante, que dégage leur musique, notamment grâce à la façon de chanter de Staley et le jeu de Cantrell, qui tient énormément du Blues. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai pondu une si étrange introduction: pour tenter de vous retranscrire cette ambiance… et au passage, mettre en scène une pauvre petite poule innocente qui va se faire matraquer le jouflu par un biker en plein milieu du désert après trois jours passé sous l'emprise de la drogue et du Jack Daniel's. Alors, oui, j'accroche énormément à Alice In Chains, même s'il ne s'agit pas de l'un de ces groupes de Heavy Metal suintant, graisseux, tout en burnes et en poils beuglant dans des micros en secouant leur tignasse pleine de sueur devant un public qui n'attend qu de recevoir leurs organes génitales en plein visage. Mais je me retrouve, maintenant, dans un cruel dilemme: quelles vidéos vais-je donc bien pouvoir vous offrir sur un plateau, vous autres, grosses feignasses qui n'ont même pas le courage ni la curiosité d'aller approfondir leurs connaissances en cherchant un peu sur Youtube? Car oui, même si le nombre d'albums est peu élevé, je ne parviens point à me décider au niveau des vidéos. Chaque chanson a un cachet différent: certaines sont assez pesantes (Grind, Angry Chair), d'autres plus énergiques (Dam That River, Died, Them Bones), d'autres sont troublantes (God Smack, Love Hate Love, Would?), ou quelques-unes encore peuvent être planantes, ou très folks (No Excuses, Heaven Beside You, Down In A Hole). Je vais donc devoir faire un choix, et , bordel de merde, ceux qui sont pas contents n'ont plus qu'à fermer leur putain de grande gueule avant que j'y chie dedans jusqu'à ce que mort s'en suive, se bouger leur gros derche poisseux et gras et taper "Alice In Chains" sur Deezer, Youtube et autres…

VIDEOS

Would?

 

Down in a Hole

 

Them Bones

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *