Neon Genesis Evangelion

Alors que la catégorie Mangas reste toujours désespérément vide, je continue d’alimenter la partie Animes avec le même rythme. Je n’y peux rien si j’avais autant de coffrets achetés en retard à regarder ; et il en reste encore quelques uns : 5 coffrets de One Piece (60 épisodes), le coffret 1 de l’intégrale Dragon Ball Z (126 épisodes), les deux premiers coffrets de D. Gray-Man (20 épisodes), Samourai Champloo (26 épisodes)… Je m’approche de l’équilibre mais je n’y suis pas encore !

Aujourd’hui, je vais donc parler de Neon Genesis Evangelion. Avant de vous donner mon avis sur cet anime, je vais commencer par les habituelles généralités. Et devinez quoi ? Cette intégrale fait partie de la collection gold de Dybex… C’est fou, non ?! De son nom original Shinseiki Evangelion, cette série comporte 26 épisodes et a été diffusée pour la première fois entre 1995 et 1996 au Japon ; elle est souvent considérée comme l’oeuvre majeure du célèbre Studio Gainax. Le réalisateur, très connu depuis, est le génial Hideaki Anno. Cette oeuvre est tellement connue dans nos contrées que je n’avais sûrement même pas besoin de préciser tout ça…

Comment ? Certains ne connaissent pas cette série ? C’est vrai ? C’est difficile à croire mais je vais tenter un petit résumé en deux ou trois phrases : dans un univers post-apocalyptique, les humains ont construit des méchas à leur image (les EVA donc) pour se défendre de l’attaque de mystérieuses créatures appelés « anges ». La série retrace l’histoire d’Ikari Shinji, 14 ans, qui a été sélectionné malgré lui pour piloter l’EVA-01. Des méchas, des combats sanglants, des filles sexy, de l’humour et un peu de philo définissent globalement la série.

 
photos/animes/evangelion.1.jpgphotos/animes/evangelion.2.jpgphotos/animes/evangelion.3.jpgphotos/animes/evangelion.4.jpgphotos/animes/evangelion.5.jpgphotos/animes/evangelion.6.jpg

Comme pratiquement à chacune de mes critiques des coffrets de la collection gold, je me répète et je parle de l'animation très réussie malgré l'âge de la série. Mais il faut bien insister sur le cas d'Evangelion (à prononcer évanguélione du reste) parce que l'animation est tout simplement fabuleuse : cette série a bientôt 15 ans et elle rivalise sans aucun problème avec les séries les plus récentes ; je suppose que le réhaussage très réussi des couleurs y est pour beaucoup. C'est clairement un petit bijou de l'animation japonaise et c'est d'ailleurs cette série qui a fait la renommée du Studio Gainax. Associée à cette technique d'animation irréprochable, de très bonnes musiques collent parfaitement avec l'univers de cette série et rythment les combats démentiels et sanglants contre les anges. Vous l'aurez compris, la technique est une réussite sur tous les points.
Outre l'aspect graphique qui frôle la perfection, la série Evangelion est surtout marquée par son univers totalement atypique et novateur pour l'époque. Très loin du simple Shonen dans lequel le héros réussi tout et est poussé par sa force de caractère inébranlable, dans cet anime, Shinji Ikari est totalement perdu dans ses choix et la moindre de ses décisions le tourmente. A plusieurs reprises, il sera tenté de tout abandonner et sera confronté à des choix très difficiles. On aime ou on n'aime pas mais dans Evangelion, une bonne partie de l'histoire est purement centrée sur les sentiments des différents protagonistes et les liens qui les unissent entre eux. A mon grand dam, plusieurs épisodes (dont le final) sont totalement métaphoriques et il faut en tirer les conclusions philosophiques nous même. D'autres séries depuis ont essayé ce genre avec plus ou moins de succès depuis (Noir, Rahxephon…)
Mais alors, devant cette description alléchante, pourquoi est-ce que je ne me clame pas comme grand fan de cette série bon sang ?! C'est simple, je n'arrive pas à être satisfait par la fin que je trouve tout simplement fumeuse. Ca aurait clairement pu être mon anime préféré sans ce défaut tant le dosage d'action, d'humour et de philosophie est parfaitement dosé. Deux autres fins alternatives sont censées corriger ce problème et malheureusement, elles ne sont pas présentes dans cette édition gold, c'est dommage… Dans mon souvenir, l'une d'entre elles m'avait bien plus satisfait mais ça reste tout de même dommage de devoir "choisir" sa fin.
Au niveau du générique d'ouverture, je pense pouvoir dire que c'est l'opening qui me rend le plus histérique tellement la musique me donne des explosions de joie dans mon petit coeur à moi. Ouais.

Opening



Ending


Répondre à El Juju Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *