Le Nouvel Angyo Onshi

A la base, je comptais écrire un billet sur le génial manga Toriko mais venant juste de lire l’intégrale de la série Le nouvel Angyo Onshi (ou Shin Angyo Onshi), je me suis aussitôt résolu à vous parler de cette merveille. Ca doit faire deux ans que ces livres attendaient d’être lus dans ma bibliothèque, si j’avais su à quel point cette série était géniale, je n’aurais clairement pas mis aussi longtemps avant de me lancer ; une fois commencé, j’ai d’ailleurs dévoré les 17 tomes que compte ce manga en quelques après-midi. Difficile ne de pas se sentir happé dans cet univers d’heroic fantasy particulièrement réussi.

Le nouvel Angyo Onshi
Titre français : Le nouvel Angyo Onshi
Titre Japonais : Shin Angyo Onshi
Titre Japonais : 新暗行御史
Dessinateur : Yang Kyung-il
Scénariste  : Youn In-wan
Catégorie : Seinen
Volumes en France : 17+1 (terminée)
Editeur France : Pika
Prix de vente : 6.95€
Volumes au Japon : 17+1 (terminée)
Editeur Japon : Shogakukan
Genre : Action, Aventure, Fantastique
Synopsis
« L’histoire se passe dans une contrée inconnue. Après la chute de l’empire Jushin et à la mort de l’empereur, le pays se trouve plongé dans le chaos, laissant régner la terreur et la loi du plus fort. Agents secrets du royaume disparu, les Angyo Onshi avaient pour mission de veiller au respect des lois et châtier les gouverneurs oppressant le peuple. Aujourd’hui, un Angyo Onshi dénommé Mun-Su poursuit cette mission à travers le pays dévasté, accompagné de son fidèle garde du corps (sando) Chun-Hyang, de son écuyer et d’une petite chauve-souris du désert. »
Source : Wikipedia 
Le nouvel Angyo Onshi
Mon avis
Je ne sais pas comment expliquer cet « a priori » que j’avais sur Shin Angyo Onshi, mais dans mon esprit, le titre ne m’attirait pas graphiquement parlant : c’était là ma plus grande erreur. En effet, dès les premières pages, on ne peut qu’être scotché par la qualité visuelle du titre : la finesse du trait, le charadesign et les décors sont magnifiques. Ouaip, pour changer, je me suis pris une claque incroyable et le dessinateur, Yang Kyung-il, n’a rien à envier à des maîtres tels que Kentaro Miura ou encore Takehiko Inoue. Rien que ça. Non, mais sérieusement, il faut vraiment lire ce titre pour se rendre compte du travail effectué au niveau du dessin : les combats d’une rare violence par moment trouvent tout leur écho dans la plume exercée du dessinateur. Les détails sur les personnages, aussi bien pendant les combats que durant les dialogues sont impressionants.
La réussite de Shin Angyo Onshin ne réside pas uniquement dans sa richesse visuelle et le titre a bien d’autres atouts en sa possession. A commencer par l’histoire qui se trouve être très bien construite : cette dernière se met en place assez rapidement et la présentation des personnages principaux peut paraître prestement expédiée mais ce n’est pas un défaut, loin de là, et il vous suffira de lire le premier chapitre pour assez bien cerner le caractère du personnage principal, Mun-Su, l’Angyo Onshi. De part son caractère vraiment atypique, j’ai rarement vu un personnage au charisme si important : il n’est pas très fort, il a un sens de la justice très particulier et il doit faire appel à des stratagèmes évolués pour s’en sortir. Et il n’est pas le seul, les autres personnages principaux contrebalancent parfaitement avec le style du héro : son Sando (garde du corps), Chun-Yang est présente pour l’aider dans les situations difficiles et son écuyer, tout petit, sert principalement à détendre l’ambiance. De nombreux autres personnages viendront croiser la route de nos héros et tous ont un rôle à jouer dans l’histoire.
Le dépaysement est total puisque pour une fois, l’histoire ne se passe pas au Japon mais en Corée. Et les deux auteurs ont réussi le tour de force de mêler de façon intelligente des évènements historiques réels de la Corée avec les éléments d’heroic fantasy qu’ils ont imaginés. Point intéressant, l’adaptation est évènements historiques donne lieu à un petit texte explicatif entre les chapitres pour mieux comprendre les choix du scénariste, Youn In-wan.
L’édition est d’une qualité standard, il n’y a pas grand chose à redire au travail effectué par les éditions Pika. Un volume bonus est disponible et se prénomme : « Le nouvel Angyo Onshi : Les origines ». Ce volume devra être lu une fois que vous aurez totalement terminé la lecture de Shin Angyo Onshi ; il s’agit principalement d’histoires courtes se déroulant dans le passé des personnages principaux, ce qui nous en apprend un peu plus. Sans être indispensable, ce volume bonus reste très agréable à lire également.
A partir de la moitié du récit, le ton du manga s’aggrave un peu et l’histoire principale prend le dessus sur les histoires indépendantes : à partir de ce moment, l’intensité des combats et la force du récit m’ont laissé sans souffle. Vous l’aurez très bien compris, je recommande chaudement la lecture de ce titre. La position du Nouvel Angyo Onshi est à réfléchir, mais ce titre rentre sans hésitation au sein de mon top 10 manga (il faudra d’ailleurs que je pense à le réactualiser (ou à faire un top 20 ?)). Mis à part un OAV de 90 minutes sorti en 2004, on ne pourra que regretter que ce manga n’ait pas encore été adapté en série animée.

photos/mangas/angyo.2.jpgphotos/mangas/angyo.3.jpgphotos/mangas/angyo.4.jpgphotos/mangas/angyo.5.jpgphotos/mangas/angyo.6.jpgphotos/mangas/angyo.7.jpgphotos/mangas/angyo.8.jpgphotos/mangas/angyo.9.jpgphotos/mangas/angyo.10.jpg

Répondre à Damien Borel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *