Jojo’s Bizarre Adventure

Parce que ce mois-ci est le mois des news inutiles alors je continue sur ma lancée avec la critique de Jojo’s Bizarre Adventure. Bien que l’éditeur soit Declic images, il ne s’agit pas d’un coffret de la collection gold et malgré ça, le prix était vraiment très bas : 7€. Acheté il y a presque un an, on aura mis du temps avant de se lancer dans cette série de 13 épisodes de 30 minutes. Il ne m’est pas nécessaire de prévenir les fans du manga éponyme mais il s’agit bien d’OAV.

N’ayant jamais osé me lancer dans ce manga (47 tomes en france, série en cours avec 96 tomes au japon), je ne pourrai malheureusement pas parler de la cohérence de cette série d’OAV avec l’oeuvre originale. Cette série étant donc sous la forme d’OAV, vous comprendrez que l’introduction des personnages principaux n’est pas des plus détaillées, ce qui pourra en refroidir certains.

Cette série commence avec le lycéen rebelle (à la musculature surdéveloppée…) tarô Kû en prison, refusant de sortir parce qu’il se dit possédé par un esprit très puissant. Son grand-père, Joseph Joestar, vient à la rescousse et lui apprend que l’esprit n’est rien d’autre que son stand : il s’agit ni plus ni moins de la matérialisation de l’esprit de Jôtaro. En effet dans ce monde, les esprits forts peuvent matérialiser leur psychée sous la forme d’un double astral aux pouvoirs plus ou moins intéressants. Sans rien dévoiler, ils partiront ensuite en Egypte à la recherche du démoniaque Dio pour le tuer ; au cours de ce périple, ils rencontreront de multiples ennemis et seront accompagnés par différents personnages toujours très atypiques (et toujours à la musculature surdéveloppée).

 
photos/animes/jojo.1.jpgphotos/animes/jojo.2.jpgphotos/animes/jojo.3.jpg

photos/animes/jojo.4.jpgphotos/animes/jojo.5.jpgphotos/animes/jojo.6.jpg

Cette série datant de 1993 / 1994 a vraiment bien vieillie : certaines séries actuelles ne font pas mieux visuellement (on pourrait facilement dire que les séries françaises et américaines ne font tout simplement pas mieux, mais le troll serait trop facile…). Visuellement, l'animation est donc pas mal du tout. On notera néanmoins un changement de style après le 6ième épisode : en effet, la deuxième partie n'a pas été réalisée par le même studio et elle est nettement moins réussie que la première. Au niveau visuel, j'ai bien apprécié le côté gore : aucune censure n'est présente et quand il se passe un truc, ils n'hésitent pas à le montrer.
Au niveau des musiques, on a du très lourd ! Elles sont tout simplement excellentes. En plus de ça, j'ai l'impression que les morceaux étaient différents à chaque épisode, c'est la grande classe. Malgré le fait qu'elles soient géniales, on ne pourra pas ignorer le son très "viellot" qui en ressort…
Côté histoire, on notera tout de même une certaine répétitivité malgré le faible nombre d'épisodes. Ce n'est pas gênant mais j'ose espérer que le manga s'en tire mieux sur ce point étant donné le nombre de volumes. Côté rythme, il n'y a rien à redire, il est bien entretenu du début à la fin. Je suppose que l'histoire doit être encore plus sympa pour ceux qui ont lu le manga… Ca viendra !

Bizarrement, je ne trouve pas le générique en vidéo, on fera donc sans…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.