Doctor Who 2005 : mon avis sur la saison 6

Après mon article dithyrambique sur les cinq premières saisons de Doctor Who 2005 l’année dernière, il me faut maintenant donner mon avis sur cette sixième saison. Petite particularité, cette saison a été diffusée en deux parties sur la chaîne BBC One : les 6 premiers épisodes l’ont été entre avril et juin et les 7 derniers l’ont été de fin août à début octobre. Pour la diffusion en France, il semblerait qu’il nous faille attendre 2012…

Doctor Who Saison 6

Synopsis

"Trois enveloppes, numérotées 2, 3 et 4, chacune contenant une date, une heure et une référence géographique, non signées, mais de la couleur bleue du TARDIS. Qui les a envoyées ? Et qui a reçu la numéro 1 manquante ? Cette étrange convocation réunit le Docteur, Amy, Rory et River Song au milieu du désert de l'Utah et dévoile un terrible secret que les amis du Docteur ne doivent jamais lui révéler. Mettant sa vie entièrement entre leurs mains, le Docteur accepte de partir à la recherche du destinataire de la quatrième enveloppe – mais qui est donc Canton Everett Delaware III ? Et quelle est donc la pertinence de leur unique autre indice: 'Espace 1969' ? Leurs recherches les amènent – tout à fait littéralement – dans le bureau ovale, où ils sont recrutés par le Président Nixon lui-même pour prêter leur concours à l'énigmatique ancien agent du FBI Canton, afin qu'il sauve une petite fille terrifiée d'un mystérieux homme de l'espace."

Source : Wikipedia 

Mon avis

L'excellent Steven Moffat étant aux commandes de la sixième saison, je m'attendais à retrouver les jeux temporels qu'il avait initiés dans la précédente et je n'ai pas été déçu. Le temps est à nouveau exploité sous toutes ses coutures et si vous n'êtes pas à quelques paradoxes temporels près, vous ne pourrez qu'apprécier les différentes intrigues de cette saison.

Du côté des personnages, il n'y a pas eu de grands changements au niveau du casting puisque le onzième Doctor (joué par Matt Smith) est toujours accompagné de Amy (Karen Gillan) et Rori (Arthur Darvill) ; quant à River Song (Alex Kingston), elle est également très présente pendant les épisodes mythologiques. On pourra même retrouver en fin de saison le personnage de Craig Owens déjà apparu dans l'épisode The Lodger de la cinquième saison.

L'histoire principale se déroule sur la saison entière et seuls quelques épisodes indépendants viennent rompre légèrement le rythme. Le point fort de cette saison se situe au niveau des twists scénaristiques qui, pour certains, sont totalement hallucinants et surtout imprévisibles. Et là où Steven Moffat est vraiment fort, c'est que ces twists étant prévus longtemps à l'avance, ils s'intègrent donc dans l'arc narratif principal et l'effet n'en est que plus réussi. Certaines révélations ne vous laisseront pas de marbre !

Même si l'astuce finale semble tout de même un peu trop facile, il m'est difficile de trouver à redire sur cette saison et au final, j'ai pris autant de plaisir sur l'histoire principale que sur les épisodes indépendants (loners), dont certains m'ont littéralement fait frissonner de plaisir : les émotions ressenties sont toujours aussi puissantes dans Doctor Who. Si ce n'est déjà fait, je ne peux que vous conseiller de vous laisser embarquer dans cette fabuleuse sixième saison ! 

Bon, par contre, l'attente risque d'être longue puisque selon quelques rumeurs, la septième saison ne verrait le jour qu'à l'automne 2012… Raaah, vite, la suite !

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *