Décembre: groupe du mois: Judas Priest

En tout temps et en tout domaine, il est une règle simple et infaillible: à chaque invention son pionnier. Pas besoin de sortir de polytechnique pour piger qu’il faut bien qu’un gonze essaye quelque chose de nouveau pour faire une invention. Dieu créa l’Homme, les Romains créèrent la pédophilie, les orgies et la corruption (quel grand peuple), les Vikings inventèrent le commerce (ou du moins le « toi donner moi richesses ou moi ronger gueule à toi », concept toujours en vogue actuellement), les Amérindiens innovèrent dans le milieu militaire en usant de drogues (tactique encore usitée par nos amis d’Outre-Atlantique), les Conquistadores inventèrent le génocide, les Croisés donnèrent naissance à l’intolérance religieuse, et, plus récemment, Hitler proposa un nouveau concept de recyclage industriel qui d’ailleurs n’intéressa pas grand monde (dur dur d’être un incompris…). Mais je ne suis pas là pour vous faire un cours d’histoire à ma manière ou pour faire siffler les oreilles du petit Autrichien nerveux et moustachu qui fit trembler la Terre entière du haut de son mètre trente (avec talonnettes et escabeau) parce qu’on l’a laissé faire, nous autres petits cons d’Occidentaux, au lieu de lui coller une bonne campagnarde dans la gueule histoire qu’il arrête ses caprices de dictateur en herbe. Oui, car l’invention touche tous les domaines, et notamment celui qui nous intéresse ici: la musique. Non, je ne vais pas vous parler des balbutiements de la musique classique ou du R’n’B, ce serait perdre ma dignité, ma réputation et mes couilles. Je vais donc vous exposer ici-même, bande de veinards, la naissance du Heavy Metal! Nous parlions de pionniers, et bien nous allons donc en voir un: Judas Priest. C’est donc un « back to roots » que je vous propose ici, une sorte de retour à l’essence même du Heavy Metal. Un voyage au cœur de ce monde plein de cuir, de chaînes, de motos, de grosses voitures et de barbus en tout genre qui, je l’espère, vous donnera une furieuse envie de retourner à cette époque bénie où le Heavy Metal n’était pas considéré (du moins, pas autant) comme l’incarnation du Mal, du Diable en personne (car oui, c’est bien connu, nous autres Métalleux sommes sans foi ni loi, de vrais sauvages sacrifiant des vierges à Satan, hurlant nos tripes dans un déluge de décibels et déféquant dans les bois). Gardez bien les bras et les jambes à l’intérieur du véhicule, veuillez attachez votre ceinture, c’est partie pour un petit Road Trip en 15 tonnes Américain à travers le temps et l’espace, direction le Paradis des chevelus! Et, pour votre guide, la formule habituelle: un petit tour du proprio s’impose!

photos/Musique/judaspriest.1.jpgphotos/Musique/judaspriest.2.jpgphotos/Musique/judaspriest.3.jpg

Fiche technique

Line-up actuel: Rob Halford (chant), K.K. Downing (guitare), Glenn Tipton (guitare/ clavier), Ian Hill (basse), Scott Travis (batterie)

Nombre d'albums: 16 albums

Style: Heavy Metal

photos/Musique/judaspriest.4.jpgphotos/Musique/judaspriest.5.jpgphotos/Musique/judaspriest.6.jpg

Dates clés

1970: fondation du groupe

1974: sortie de "Rocka Rolla"

1976: sortie de "Sad Wings Of Destiny"

1977: sortie de "Sin After Sin"

1978: sortie de "Stained Class"

1979: sortie de "Hell Bent For Leather/ Killing Machine"

1980: sortie de "British Steel"

1981: sortie de "Point Of Entry"

1982: sortie de "Screaming For Vengeance"

1984: sortie de "Defenders Of Faith"

1986: sortie de "Turbo"

1988: sortie de "Ram It Down"

1990: sortie de "Painkiller"

1991: Rob Halford quitte le groupe, remplacé par Tim Owens seulement en 1996

1997: sortie de "Jugulator"

2001: sortie de "Demolition"

2003: retour de Rob Halford en tant que chanteur

2005: sortie de "Angel Of Retribution"

2008: sortie de "Nostradamus"

photos/Musique/judaspriest.7.jpgphotos/Musique/judaspriest.8.jpgphotos/Musique/judaspriest.9.jpg

L'avis de Choupy

J'ai découvert Judas Priest il y a, à vrai dire, peu de temps. Je ne connaissais que de nom, jusqu'à ce que la curiosité me pousse à y jeter une oreille sur Deezer. Et qu'entend-je? Un bijou, un joyau, un diamant brut, une bonne grosse fessée musicale! L'essence même du Heavy Metal dégoulinait dans mes tympans comme un trop plein de cérumen. On le sait, on le sent, Judas Priest est vraiment le papa du Heavy. C'est en tout cas la première impression que j'ai eu: "Ouhhhhh ça, ça sent le Heavy à plein pif!". Des guitares puissantes, des riffs rapides, des cris suraigus, un chant parfois bien plus "allongé", une lourdeur passagère dans l'instrumental, tout y est pour faire de ce groupe l'incarnation même du Heavy Metal. Comme quoi, dans les années 70, y a pas eu que les hippies et le socialisme!

photos/Musique/judaspriest.10.jpgphotos/Musique/judaspriest.11.jpgphotos/Musique/judaspriest.12.jpg

Anecdotes

– Rob Halford, le chanteur, est surnommé par beaucoup "The God Of Metal"

– Rob Halford a avoué être homosexuel (comme quoi, c'est pas parce qu'on est un Hardos qu'on est forcément homophobe!)

– Rob Halford (oui, encore lui) a été modélisé dans le jeu Brütal Legend, où il incarne le chef des Barons de Feu, des bikers laissant une traînée de flammes derrière eux (le test du jeu est disponible ici)

VIDEOS

The Hellion/Electric Eye, Live

Before The Dawn

Hell Patrol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *