10 mangas de légende : 6 – Gantz

Rien ne va plus, l’attente est beaucoup trop longue entre les mangas du top 10. Pour améliorer ça, je prends une nouvelle résolution et j’abandonne le Monopoly Online, ça commence à me prendre beaucoup trop de temps par jour (1h) et honnêtement, ça ne casse pas des briques. Et ce n’est pas de ma faute, mais je passe mon temps libre à me documenter sur des Reflex et je ne peux me sortir le Canon EOS 7D de ma tête ; je le veux et je le l’aurai.

Bref, revenons en au manga classé 6ième de ce top : Gantz. C’est pour moi un coup de coeur depuis sa sortie ; bizarrement, je ne trouve pas trop d’adorateurs de ce manga et bien que son succès ne fasse aucun doute, cette oeuvre d’Hiroya Oku reste assez méconnue du grand public. Je ne pense pas pouvoir y remédier moi même, mais si j’arrive ne serait-ce qu’à convaincre un lecteur hésitant sur son choix, j’en serais statisfait. Parce qu’il faut le dire, Gantz, ça dépote sévère.

Avec ce titre, nous arrivons enfin à la fin de la première moitié de ce classement. Autant vous le dire, à partir de Gantz, le niveau n’est plus le même : l’addiction est réelle et, sans amoindrir la qualité des quatre séries précédentes de ce top, toutes les séries citées à partir de maintenant sont tout simplement indispensables à votre collection. Lisez le premier volume de l’une d’entre elle et vous ne pourrez plus vous en décrocher.

 
Fiche technique
 
Gantz V1
 
Titre français : Gantz
Titre Japonais : Gantz
Titre Japonais : ガンツ
Dessinateur : Hiroya Oku
Scénariste : Hiroya Oku
Catégorie : Seinen
Volumes sortis en France : 25 (en cours)
Editeur France : Tonkam
Prix de vente : 9.00€
Volumes sortis au Japon : 26 (en cours)
Editeur Japon : Shueisha
Genre : Ecchi, SF, Action
 
Synopsis
 
Source : Wikipedia

Kei Kurono est un lycéen de Tokyo. Un jour, alors qu'il attend son métro, avec un ami d'enfance, Masaru Katô, qu'il avait perdu de vue et qui se trouvait par hasard à la gare, il est poussé à faire un geste héroïque : sauver un sans-abri tombé sur les voies. Mais ce sauvetage ne se déroule pas parfaitement, et bientôt les vies de Kurono et de Katô vont basculer.

Ils se retrouvent dans une pièce au centre de laquelle se trouve une étrange sphère noire au nom de Gantz. Ils ne sont pas seuls dans cette salle et se poseront de nombreuses questions : Sont-ils morts ? Participent-ils à un de ces jeux télévisés à la mode plus communément appelé Télé réalité ? Ou bien même à une expérience top secret menée par l'armée ?

Les protagonistes ne cesseront de s'interroger sur ce lieu et auront à faire à des « missions » toutes plus dangereuses les unes que les autres.

photos/mangas/fgantz.1.jpgphotos/mangas/fgantz.2.jpgphotos/mangas/fgantz.3.jpg

 
Mon avis
 
Gantz fait partie de ces mangas qui me rendent à la limite de l'hystérie jouissive à chaque lecture d'un nouveau chapitre. Il est difficile de ne pas prendre son pied en lisant un volume de Gantz. Et quand je dis lire, c'est un bien grand mot : si vous dépassez les 10 minutes pour lire un volume, il y a un problème. En effet, ce manga laisse une belle place à l'action (ainsi qu'à quelques scènes de sexe, ok) et vous lirez les 25 volumes sortis en France en une après-midi tellement l'histoire est prenante. Oui, si vous commencez cette série, malgré son prix de 9€ le manga, vous ne pourrez pas vous empêcher d'acheter la suite.
 
Visuellement, c'est du travail impeccable et vous allez comprendre pourquoi. Si les personnages sont dessinés de façon traditionnelle par Oku, ce n'est pas le cas des décors et des effets visuels. En effet, avec son aide, ses assistants travaillent sur ordinateur : les décors sont tous réalisés de cette façon et la 3D est souvent utilisée. De ce fait, on se sent dans un univers réaliste (ouais, malgré les monstres) et la qualité finale des desssins est indéniable. La combinaison "dessins des personnages à la main" et "décors par ordinateur"est tout à fait parfaite. Comme je le disais, les effets visuels bénéficient du même travail que sur les décors et le résultat est plus que bluffant à ce niveau là aussi. Pour en finir avec la partie dessins, si la plupart des mangas se contente de noir et blanc sans nuance, dans Gantz, le noir uni n'existe quasiment pas : les dégradés sont utilisés pour donner plus de réalisme et de profondeur aux différentes scènes. Bref, certains ne sont pas fan du travail par ordinateur mais il faut avouer que dans le cas de cette série, c'est du grand art.
 
L'autre principale spécificité de Gantz, c'est bien l'aspect gore et cru de la série : c'est du seinen que certains qualifient même de ecchi (à prononcer etchi). Si la violence et l'hémoglobine sont présentes dans 90% du manga, il faut avouer que les 10% sont remplis de scènes de sexe. Et il n'est pas question de cacher quoi que ce soit aussi bien au niveau des membres arrachés que des organes génitaux. Le top du top reste tout de même les relations sexuelles mélangées à des scènes de violence extrême et on atteind par moment le summum de la perversité et du mauvais goût. Ouais, dit comme ça, ça ne donne pas forcément envie. Eh bien, détrompez-vous, ce dosage on ne peut plus malsain prend à tout les coups et l'action omni-présente, la qualité de narration ainsi que le rythme endiablé de l'oeuvre vous rendront accros. Vous n'y pouvez rien, ce manga est génial.
 
Je possède également la version anime en 26 épisodes : si la première moitié est très fidèle au manga et vaut vraiment le coup d'oeil, ce n'est pas le cas pour la seconde partie qui ne lui fait pas vraiment honneur… C'est dommage mais je ne déséspère pas de voir un jour une adaptation plus fidèle de ce manga ; malgré les censures dont elle sera forcément victime.
 
Concernant l'édition Française chez Tomkam, c'est du tout bon : chaque volume vaut largement les 9€ dépensés. La qualité du manga y est pour beaucoup mais cette édition lui fait parfaitement honneur : les couvertures floquées sont sublimes et conformes à l'édition Japonaise, la qualité du papier est excellente et la traduction semble des plus fidèles.
 
Vous l'aurez compris, si vous n'êtes pas repoussé par la violence gratuite et quelques scènes de sexe un peu crues, ce manga ne pourra que vous plaire. N'y cherchez pas la moindre signification par contre, ce serait une perte de temps : il s'agit seulement d'un excellent divertissement. Attention tout de même, ce manga est une véritable drogue.
 
photos/mangas/fgantz.4.jpgphotos/mangas/fgantz.5.jpgphotos/mangas/fgantz.6.jpg

 
Du même auteur
 
Je ne connais pas du tout les autres oeuvres (Hen, Zero One, Me~teru no Kimochi) d'Hiroya Oku et Gantz est très largement son titre majeur. La semaine dernière étaient annoncés le retour de Gantz après une pause de 3 mois ainsi que la fin de la série : Gantz entamme la troisème et dernière phase de l'histoire (cf dernière image de ce billet). A noter que les deux premières phases représentent 27 volumes, on peut supposer, et ce pour mon plus grand plaisir, qu'on aura encore à lire une bonne douzaine de volumes !
 
photos/mangas/fgantz.7.jpgphotos/mangas/fgantz.8.jpgphotos/mangas/fgantz.9.jpgphotos/mangas/fgantz.10.jpgphotos/mangas/fgantz.11.jpgphotos/mangas/fgantz.12.jpgphotos/mangas/fgantz.13.jpgphotos/mangas/fgantz.14.jpgphotos/mangas/fgantz.15.jpgphotos/mangas/fgantz.16.jpgphotos/mangas/fgantz.17.jpgphotos/mangas/fgantz.18.jpg

 
Dernière partie de Gantz annoncée

Répondre à Jojo Hakusho Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *