Solomon Kane

Affiche du film
Titre : Solomon Kane
Réalisateur : Michael J. Bassett
Genre : Fantastique, Action
Acteurs : James Purefoy, Max von Sydow, Pete Postlethwaite
Durée : 1h44
Date sortie : 23/12/2009
Date séance : 28/12/2009 – 19:20

Appréciation : 32%
Visuel : 62%
Scénario : 26%
Bande son : 39%
Acteurs : 54%
Moyenne : 42.60%

Dommage. C’est ce qui me vient directement à l’esprit en repensant à Solomon Kane. Il y avait en effet de quoi créer une nouvelle franchise de qualité mais différents points négatifs sont trop importants pour se permettre de les ignorer et de prendre du plaisir devant ce film.

Le héros a bien la classe, on ne peut pas le nier et on pourrait même dire qu’il l’a un peu trop dans certaines situations. C’est d’ailleurs l’un des nombreux défauts du film : Solomon Kane est quand même un peu beaucoup trop fort et il n’hésite pas à se la jouer Jack Bauer. Autre point négatif, les changements de caractère du héros sont bien trop rapides et ne contribuent absolument pas à la crédibilité de l’histoire. En effet, les ellipses scénaristiques sont très nombreuses ; par exemple, on passe directement d’un héros ressemblant à un pirate sanguinaire à un moine refusant toute violence sans plus d’explications que la petite introduction du film… Et c’est ainsi tout le long du film, le réalisateur ne s’embête pas avec les détails et semble les laisser de côté volontairement.

Si encore l’action se trouvait renforcée par ces manquements scénaristiques, ce serait peut-être pardonnable mais ce n’est même pas le cas : on se retrouve avec plusieurs temps morts durant lesquels il ne se passe rien. On sent bien une volonté de marquer l’attachement de Solomon Kane à ses nouveaux compagnons mais ça aussi c’est raté et bâclé… Si on ajoute à ça que la chorégraphie des combats ne donne pas un résultat très convaincant, on est en droit d’être vraiment déçus. Comme à l’accoutumée, je regrette amèrement les voix françaises qui n’aident en rien pour remonter le niveau global du film. Quand est-ce que les cinémas Pathé se décideront à diffuser des films en VO ailleurs qu’à Paris ? Entre l’état des salles et ça, je sens que je vais finir par abandonner mon abonnement ciné…

Histoire de justifier ma note qui n’est pas aussi basse que le laisserait présager ma critique, au niveau des décors et de l’ambiance, c’est assez soigné et on y trouvera l’un des seuls points agréables du film ; le maquillage et les costumes sont d’ailleurs très réussis.

Vous l’avez compris, même si je ne m’attendais pas à un film magistrale, j’espérais voir naître une petite franchise sympathique mais les trop nombreux défauts laissent place à la déception…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.