American Horror Story : Asylum

J’avais omis de parler de cette série l’année dernière pour je ne sais quelle raison alors que j’avais pourtant terriblement accroché. La saison 2 s’est terminée en janvier dernier et je ne peux pas laisser passer ma chance d’en parler cette fois !

ahs.s2.1

Synopsis

« Leo et Teresa, deux jeunes tourtereaux à la recherche de sensations fortes, ont entrepris de visiter les lieux les plus inquiétants des États-Unis. Lorsqu’ils débarquent dans une vieille bâtisse qui a été anciennement un hôpital psychiatrique, fermé depuis les années 70, ils se retrouvent à la merci d’un homme masqué et ensanglanté…

En 1964, Sœur Jude dirige d’une main de fer la clinique psychiatrique de Briarcliff aux alentours de Boston jusqu’à ce que les patients, qui font l’objet d’expérimentations secrètes et particulièrement cruelles, se rebellent contre l’autorité en place. L’arrivée d’un nouvel élément perturbateur, surnommé « Bloody Face » et dont on dit qu’il a décapité et dépecé trois femmes, dont sa petite amie, entraîne une escalade de violence… »

Source : Allociné

Mon avis

La première saison m’avait déjà scotché par sa qualité d’écriture et de réalisation, par son image qui était également sublime, par ses acteurs talentueux ainsi que par sa mise en scène très réussie. Si tous ces points positifs sont toujours présents dans cette deuxième saison, je ne peux que m’agenouiller devant le scenario que j’ai trouvé exceptionnel et intelligent. J’ai tout simplement eu l’impression de m’être fait balader par les scénaristes tout au long de l’histoire pour à chaque fois me faire arriver là où je ne m’y attendais pas.

Avec de telles qualités, il n’est donc pas étonnant d’avoir peur ou de se sentir angoissé en regardant cette série, voir même de trouver certains épisodes particulièrement dérangeants tellement on a envie d’y croire. L’histoire ne va jamais là où on l’imagine : à chaque fois qu’on pense qu’un problème va s’arranger, deux autres bien pires surgissent. Tout est fait pour mettre le spectateur dans l’ambiance : le générique est merveilleusement dérangeant aussi bien par ses images que par sa musique (de Charlie Clouser). Ah et puis, « Dominique par Soeur Marie » tournant de façon permanente dans la salle d’activité de l’asile, c’était juste génial.

J’ai également apprécié le concept d’utiliser les mêmes acteurs (quelques uns tout du moins) entre ces deux saisons alors qu’il s’agissait pourtant d’histoires totalement différentes. Je pense que ça a grandement aidé à rendre le spectateur confus, ne sachant plus à quels personnages faire confiance. En bref, si vous n’êtes pas réfractaire à une série légèrement dérangeante, parfois un peu gore et pouvant même porter à polémique sur certains points, foncez, vous ne serez pas déçus.

Le générique (plutôt malsain comme vous pourrez le constater)

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *